-10% en répondant à notre sondage : ICI

Des conseils et de l’amour sur le

Guide du sommeil d’un bébé prématuré

Nos conseils pour le sommeil d’un bébé prématuré

L’arrivée d’un bébé prématuré à la maison marque le début d’une aventure pleine de joie et de tendresse mais également d’anxiétés.

Le sommeil, l’alimentation, le développement du nouveau-né sont des sujets de questionnements logiques pour de jeunes parents.

À sa naissance, un bébé prématuré nécessite une attention particulière et des soins spécifiques. Le développement et la santé de ces nourrissons dépendent de différents facteurs notamment la quantité et la qualité de leur sommeil.

L’objectif de ce guide est de vous apporter des informations et recommandations pour que le sommeil de votre bébé prématuré soit aussi réparateur et paisible que possible, favorisant ainsi son développement optimal dans la douceur et la sérénité.

Définition et importance du sommeil chez le bébé prématuré

Un bébé prématuré est un nouveau-né qui pointe le bout de son nez avant la 37 ème semaine de grossesse.

Le développement de l’enfant n’étant pas à son terme, certains aspects fondamentaux pour garantir une bonne croissance sont à respecter, en particulier les phases de sommeil. Elles permettent d’accéder aux étapes d’évolution essentielles à sa progression.

Les cycles de sommeil, y compris la phase paradoxale (essentielle pour le traitement des informations et le développement cérébral) se présentent différemment chez les prématurés en comparaison d’un bébé né à terme.

Une bonne compréhension des cycles, l’aménagement de l’environnement de repos, une bonne gestion de l’alimentation et des éventuels troubles sont des éléments qui vont contribuer à vous aider à répondre efficacement aux besoins de votre enfant.

Comprendre les phases de sommeil chez le bébé prématuré

Un bébé né avant la date initiale poursuit son évolution neurologique en dehors de l’utérus de sa mère. On constate que le prématuré a de longues périodes de sommeil calme, qu’il s’agite en dormant et que les phases de repos paradoxal sont plus fréquentes que la normale. Par contre, les cycles de veille/sommeil évoluent en fonction du jour et de la nuit de la même manière chez l’enfant né à terme ou celui né prématurément.

Le sommeil paradoxal est une phase importante pour le développement neurologique et cognitif chez le bébé prématuré. De nombreuses fonctions vitales se consolident, comme la régulation de la respiration et du rythme cardiaque.

Les bébés prématurés ne développent pas plus de troubles de sommeil que les enfants nés à terme. Néanmoins, une perturbation respiratoire est parfois constatée.

La prise en compte de ces particularités et la vigilance sont recommandées aux parents d’enfants prématurés.

Temps de repos des nouveau-nés prématurés

Pour les bébés nés à terme, le nombre d’heures de sommeil est évalué à environ 14 à 17 heures sur une période de 24 heures. Ce temps de repos facilite le développement sain du cerveau, la croissance physique et la consolidation de la mémoire du nourrisson.

Pour les bébés nés avant la date d’accouchement définie, les besoins en sommeil sont plus importants. Leur temps de repos est estimé à 22 heures par jour mais celui-ci est fragmenté et perturbé par les soins médicaux ou les périodes d’éveil liés à l’alimentation.

Les bébés prématurés n’ont pas atteint le stade terminal de leur développement et de leur croissance. Au fur et à mesure que les semaines passent, le nouveau-né va continuer à se développer pour atteindre les étapes classiques.

Ces chiffres sont des moyennes. Ils varient d’un enfant à l’autre. Une surveillance attentive et une communication régulière avec un pédiatre vont permettre de déterminer les règles de sommeil de votre bébé.

Aménagement de l’environnement de sommeil du nourrisson prématuré : meilleures pratiques

L’aménagement de l’espace de repos d’un nourrisson prématuré doit garantir son bien-être et sa sécurité. La température de la chambre, le choix des vêtements de nuit ou les textiles de la parure du lit sont des éléments favorisant la qualité du repos du bébé.

Température ambiante

La température idéale pour une chambre de nourrisson se situe autour de 18 à 20°C. Cette température assure un confort au bébé, prématuré ou non.

Habillement

En ce qui concerne l’habillement, opter pour des vêtements particulièrement très doux car la peau des bébés prématurés est fine et sensible : vêtements fabriqués à partir de fibres biologiques ou de tissus écoresponsables certifiés Oeko-Tex. 

Bodies (à manches longues ou courtes suivant la saison) ou pyjama pourront être complétés par une turbulette adaptée à la taille du prématuré.

Les turbulettes ou gigoteuses sont particulièrement confortables et ne gênent en rien les mouvements de bébé. Elles doivent impérativement être bien ajustées afin d’éviter que le bébé ne glisse à l’intérieur.

Le linge de nuit doit être régulièrement lavé en machine pour éloigner germes et allergènes.

Conseils divers

La chambre de l’enfant doit être aérée tous les jours afin de chasser l’air vicié et renouveler l’air. Une veilleuse n’a aucun intérêt pour un jeune bébé. La peur de l’obscurité ne se développe qu’à compter de l’âge de 2 ans.

La sécurité du sommeil passe par la position de repos sur le dos. Des études prouvent qu’elle réduit considérablement les risques de syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN).

Un couchage adapté comprenant un matelas rigide et exempt de couvertures ou de jouets en peluche, réduit le danger d’asphyxie tout en préservant une position optimale pour la nuit.

Pour les éléments de literie de bébé (matelas, drap-housse), privilégiez des matières respirantes, hypoallergéniques, et sans substances nocives.

Pour les premières nuits, un berceau ou un couffin peut paraître plus approprié de par sa grandeur réduite face à un lit à barreaux. L’usage d’un nid d’ange ou d’une gigoteuse a tout son intérêt pour parfaire le confort du nourrisson.

Un environnement bruyant n’est pas conseillé pour les bébés prématurés qui ont un sommeil fragile.

Favoriser un sommeil de qualité

Pour un bébé prématuré, il est nécessaire d’établir une routine du coucher apaisante.

Un bain tiède, une douce mélodie, un contact “peau à peau” sont des signaux qui vont favoriser la transition en douceur vers l’endormissement.

Le contact physique tels que les massages ou les caresses vont agir favorablement sur le bien-être émotionnel et physique du prématuré. Le lien affectif entre les parents et leur enfant est ainsi renforcé tout en apportant réconfort et sécurité. Ces moments aident à stabiliser la fréquence cardiaque du bébé, à réguler sa température corporelle et à encourager un endormissement paisible.

En cas de pleurs, ces gestes vont apporter réconfort et sécurité au bébé. Le bébé a besoin d’être rassuré mais le prendre dans vos bras n’est pas forcément la solution.

L’environnement de repos doit être comparé à une bulle de confort et de sérénité. En portant attention aux signaux du bébé et en créant un cadre propice à un sommeil réparateur, la croissance et l’éveil de l’enfant sont assurés.

Alimentation et sommeil : faut-il réveiller le bébé prématuré pour manger ?

Les besoins nutritionnels des nouveau-nés prématurés sont élevés. Les tétées ou les biberons sont plus fréquents, y compris pendant la nuit.

Est-il raisonnable pour autant de réveiller un bébé prématuré pour manger ?

Les pédiatres recommandent de nourrir les bébés prématurés à la demande. Pas d’horaires stricts, simplement répondre à leurs signaux de faim.

Dans les premières semaines, le bébé prématuré ne se réveille pas de lui-même pour manger toutes les trois à quatre heures. Un réveil doux peut être envisagé pour garantir un apport nutritionnel essentiel à son développement.

Ces recommandations varient en fonction du poids et de l’état de santé de bébé. Seul le pédiatre est en mesure de vous donner les meilleurs conseils pour votre enfant.

Surveiller et gérer les troubles du sommeil

Les professionnels de santé n’ont pu démontrer à ce jour que des enfants prématurés développent plus de troubles que ceux nés à terme, hormis une perturbation de la respiration nocturne.

Malgré tout, en cas de difficultés à s’endormir, de réveils fréquents ou de nuits agitées, l’avis du pédiatre qui suit l’enfant est recommandé.

Le recours à des techniques de réconfort (câlins, massages, etc.) peut suffire à endormir bébé.

L’évolution du sommeil et du développement du bébé prématuré

L’évolution du sommeil chez le bébé prématuré est étroitement liée à son développement global.

Au cours des premiers mois de vie, le sommeil du prématuré se caractérise par des cycles plus courts et une plus grande part de phase paradoxale, utile pour le développement cérébral et la maturation des fonctions neurologiques. À mesure que le bébé grandit, la structure de son sommeil se rapproche de celle des autres bébés, avec des cycles plus longs et une augmentation progressive des phases profondes.

La capacité du bébé à s’endormir de manière autonome, à rester endormi pendant des périodes plus prolongées et à traverser les cycles de sommeil avec moins d’interruptions est un indicateur de son développement neurologique et de sa maturation émotionnelle. Ces progrès sont souvent accompagnés d’améliorations dans d’autres domaines, tels que la régulation de la température corporelle, la digestion, et même les interactions sociales et la découverte de l’environnement.

Les parents, en veillant à la qualité de sommeil de leur bébé prématuré, facilitent une transition en douceur à travers les différentes phases de développement. Une surveillance attentive et des consultations régulières avec le pédiatre permettent d’identifier une quelconque anomalie.

Éléments essentiels de surveillance d’un bébé prématuré

La surveillance respiratoire

Les bébés prématurés ont souvent des poumons sous-développés nécessitant un soutien pour maintenir une oxygénation adéquate. Lors de leur séjour en couveuse, des respirateurs sont parfois utilisés pour les aider à garder les voies respiratoires ouvertes et éviter l’apnée du sommeil.

Les parents doivent être attentifs aux signes de difficultés respiratoires, tels que les pauses respiratoires ou le sifflement, car les systèmes respiratoires des prématurés restent fragiles.

La nutrition et la croissance

Les prématurés ont des besoins nutritionnels spécifiques pour soutenir leur croissance et leur développement rapide. L’alimentation à l’hôpital est souvent administrée via un tube jusqu’à ce qu’ils soient suffisamment forts pour téter de manière autonome. De retour à la maison, leur poids doit être contrôlé régulièrement.

La température corporelle

Les prématurés ont du mal à réguler leur température corporelle, ce qui les rend vulnérables à l’hypothermie. L’utilisation d’incubateurs ou de couvertures chauffantes aide à maintenir leur température corporelle à un niveau stable lors de leur séjour à la maternité.

Une fois à la maison, les parents doivent veiller à ce que leur bébé soit habillé de manière appropriée pour la température ambiante, sans surchauffe ni froid excessif.

À partir de quand un enfant n’est plus considéré comme prématuré ?

La majorité des différences de développement d’un bébé prématuré s’estompe aux alentours de 2 à 3 ans d’âge.

Les pédiatres parlent de « corrigé d’âge » pour déterminer le niveau d’évolution d’un bébé prématuré. La date du terme est prise en compte afin de comparer le poids, la capacité à maintenir la température corporelle et l’aptitude à se nourrir de manière autonome.

Les attentions, la patience et l’amour des parents créent un environnement épanouissant pour le bébé prématuré. Le respect des phases de sommeil paradoxal va soutenir son développement neurologique et émotionnel. En veillant à la qualité de sommeil de votre bébé prématuré, en gérant au mieux son alimentation et en restant à l’écoute de ses besoins, vous assurez à votre enfant un développement harmonieux et un avenir plein de promesses et de découvertes.